28 / 06 / 2017
#Wired

Automattic ferme ses bureaux californiens : le télétravail et les Américains

  • Linkedin
Trop de télétravail tue le lieu de travail ? C’est le constat que tire Automattic, société derrière WordPress, qui a dû fermer ses superbes locaux de San Francisco à cause du télétravail massif de ses employés. L’occasion d’analyser cette pratique de plus près, avec Quartz.

À louer : 15 000 m2 de locaux situés au 140 Hawthorne Street, San Francisco, CA 94107. Ancien entrepôt reconverti en espace de coworking, Automattic y avait installé ses bureaux californiens il y a sept ans de cela. Agencés pour garantir un confort de travail optimal, ces bureaux pouvant accueillir 550 employés n’étaient utilisés que par une demi-douzaine de personnes, chacun pouvant bénéficier s’il le souhaitait de… 3000 mètres carrés, comme le relève Quartz.

Alors qu’un quart des Américains préfèrent travailler depuis leur domicile, un café ou un espace de coworking, Automattic a toujours laissé à ses employés le choix de leur lieu de travail, les gratifiant même de $250 pour toutes dépenses tels que cafés ou pâtisseries. L’entreprise conserve tout de même des bureaux similaires à ceux de San Francisco à Cape Town, en Afrique du Sud, et à Portland, dans le Maine.

D’autres entreprises à l’instar d’Elastic, spécialisée dans les logiciels, ne possèdent pas de locaux et gèrent leurs employés (500 dans 35 pays pour Elastic) à distance. Pour prévenir les conflits entre employés et bâtir une culture d’entreprise commune, la société organise deux fois par an des séminaires, rassemblant tous ses salariés aux Etats-Unis ou en Europe – néanmoins, selon le CEO Shay Banon, ceci n’est pas suffisant pour éviter les petits accrochages…

L’article en entier ici.