13 / 01 / 2017
#The Guardian

Compteurs intelligents : dangereusement vôtres ?

  • Linkedin
Les compteurs électriques intelligents, vulnérables et dangereux ? Cibles potentielles de hacking, ces compteurs qui permettent une allocation plus efficace de la distribution d’énergie fonctionneraient comme un cheval de Troie dans nos maisons connectées. The Guardian fait le point.

D’ici 2020, l’Union européenne souhaite remplacer, partout où cela est possible, 80% des compteurs électriques par des compteurs intelligents. L’objectif : réduire la consommation énergétique des foyers et les émissions carbonées à hauteur de près de 10%. Mais il y a un problème, exposé par Netanel Rubin, co-fondateur d’une entreprise de cybersécurité, lors de sa prise de parole au 33ème Chaos Communications Congress, rapportée par The Guardian : ces compteurs intelligents, dont on compterait déjà 100 millions d’exemplaires en circulation dans le monde, seraient bien souvent peu sûrs, au point d’en être dangereux.

Coupures d’électricité, surcharges pouvant aboutir à l’explosion du compteur voire à des incendies domestiques, prise de contrôle à distance d’objets connectés… Les risques que font peser la vulnérabilité des compteurs intelligents sont nombreux. Netanel Rubin cite par ailleurs le vol de données – liées au volume et aux caractéristiques de sa consommation électrique privée, et donc à la présence possible d’appareils électroniques de valeur – et la fraude à la facture.

En cause ? L’utilisation de protocoles et de standards obsolètes ou réputés peu sûrs, des installations et protections faites à la légère, des principes de design peu adaptés aux impératifs de sécurité ou encore – argument récurrent – la vulnérabilité de l’Internet des objets. Le risque est de plus décuplé, estime Netanel Rubin, puisque tous les compteurs d’un même fournisseur d’énergie utilisent le même code d’identification. C’est une des raisons qui l’incite à entrevoir, dans les prochaines années, une « forte augmentation » des tentatives d’attaque sur ces compteurs.

L’article du Guardian est à retrouver ici.