27 / 02 / 2017
#FastCoExist

Des conseils de carrière pour les travailleurs bientôt touchés par l’automatisation

  • Linkedin
Cartographier les compétences des emplois bientôt automatisés… puis les faire matcher avec ceux qui ne le seront pas : c’est la tâche titanesque à laquelle s’essaient quatre chercheurs et entrepreneurs américains. En route pour des conseils de carrière pour « employés-bientôt-robotisés », avec FastCo.Exist.

Bien cartographier l’état du monde du travail actuel plutôt que de tirer des plans sur la – pourtant brillante – comète du « futur du travail ». Et, avec ce bilan de compétences à grande échelle, mieux comprendre les compétences des travailleurs dont l’emploi sera bientôt automatisé : c’est à un vaste pas de côté qu’invite Co.Exist, qui rapporte une initiative développée par quatre entrepreneurs et chercheurs américains.

Mais en réalité, ce travail de cartographie n’est que la première étape d’un plan visant à montrer aux travailleurs comment leurs compétences pourraient être réutilisées auprès d’un autre employeur et, surtout, à faire matcher ces compétences avec des entreprises qui, elles, ne sont pas prêtes de laisser leurs emplois aux robots. En d’autres termes : bienvenue au Pôle emploi des emplois-bientôt-automatisés.

Le postulat des porteurs de ce «coach intelligent pour futurs chômeurs» ? Les effets de l’automatisation sur l’emploi sont une réalité encore fuyante, tangible mais aux contours difficiles à qualifier. Lassés par la fiabilité statistique d’O*NET, une taxonomie des compétences développée dans les années 1990 par le département du Travail américain, jugée obsolète, ils ont ainsi développé une base alternative, avec davantage de granularité et reposant sur l’idée que des mêmes compétences peuvent être utiles – donc transférables – d’un domaine d’activité à un autre.

La première pierre, donc, de leur futur algorithme de matching, qui devrait selon eux formuler des conseils de carrière plus précis que l’adoption desoft skillsgénérales (l’empathie, la capacité à travailler en équipe, la pensée critique, la créativité) en s’appuyant sur une base de données crowdsourcée au fur et à mesure de leurs recherches. Et fournir aux politiques «une meilleure compréhension de la recomposition du marché du travail», en plus d’être utile à ceux qui n’ont d’autre choix que de s’y confronter.

L’article de Co.Exist est à lire par ici.