04 / 07 / 2017
#The Atlantic

C’est l’histoire de deux bots qui parlent qui parlent entre eux entre eux entre eux entre eux

  • Linkedin
Entraînés à la négociation, deux bots développés par Facebook ont dévié des standards grammaticaux pour échanger dans une forme de langage incompréhensible pour les humains. Explications avec The Atlantic.

Au laboratoire de recherche en intelligence artificielle de Facebook, deux bots développés pour la négociation ont entamé une communication basée sur un langage non-humain. Pour tenter de suivre leur conversation, les chercheurs ont alors dû limiter les bots à des mécanismes de communication compréhensibles par l’Homme. The Atlantic nous montre ce que ça a donné a donné a donné a donné :

Capture d'écran article The Atlantic

Pour nous, humains, ceci est du charabia. Pur et simple. D’autant plus que les négociations n’ont pas l’air d’aboutir à quoi que ce soit de concret. Néanmoins, Facebook affirme que de telles conversations entre bots se sont déjà avérées fructueuses. Serait-ce de la cryptophasie, ce phénomène où deux personnes très proches telles qu’un couple ou des jumeaux développent leur langage propre ? Les chercheurs chez Facebook pensent qu’il faut regarder au-delà du langage en lui-même et observer comment des IA peuvent développer leurs propres formes de communication, avec une structure cohérente ainsi qu’un vocabulaire et une syntaxe définis, même si dénués de sens quand appliqués aux standards humains.

Invité à se prononcer sur le sujet, Max Liberman, professeur de linguistique à l’université de Pennsylvanie, stipule que la Facebotlangue ne démontre pas l’apparition d’un nouveau type de langage. La pierre angulaire de son argumentation est le fait que les bots de Facebook ne possèdent tout simplement pas l’intelligence humaine nécessaire, selon l’idée que nous nous faisons de celle-ci.

Quoi qu’il en soit, comme le rappelle The Atlantic, ce n’est pas la première fois que la question est posée. Des machines inventant leur propre langage est certes fascinant…mais demeure effrayant, pour autant que le phénomène nous échappe.

Plus d’informations par ici.