18 / 04 / 2017
#Techcrunch

Industrie : un robot mou au design de pieuvre aussi habile que l’homme ?

  • Linkedin
La robotique molle va-t-elle permettre d’automatiser des tâches demandant traditionnellement une certaine dextérité humaine ? C’est en tout cas ce qu’imagine une société ayant mis au point un robot doté de tentacules, idéales pour se saisir en douceur de tous types d’objets. Focus sur ce robot-pieuvre dont l’inspiration se trouve… au fond des océans, avec TechCrunch.

« Si l’on devait imaginer une pieuvre robotique, à quoi ressemblerait-elle ? » C’est en essayant de répondre à cette question que le fondateur de Soft Robotics, jeune entreprise américaine dédiée à la « robotique molle », a fini par concevoir ses robots collaboratifs destinés à l’industrie.

Robotique molle ? Cette sous-branche de la robotique, qui trouve déjà des applications dans plusieurs secteurs de la santé, comme ici ou , se définit, dans les mots du professeur de Harvard George Whitesides, par l’usage de matériaux qui « n’utilisent pas de squelette rigide pour fournir une force mécanique », l’objectif étant de concevoir des robots qui « requièrent uniquement un design et un contrôle simples pour générer de la mobilité ».

L’inspiration, pour y arriver, est venue de l’océan, comme le raconte TechCrunch et avait abouti, dès 2011, à cette vidéo populaire d’un œuf cru soulevé par un robot aux tentacules tout ce qu’il y a de plus mou. Soft Robotics s’est basé sur ses recherches académiques pour parvenir à un prototype puis à un produit commercialisé depuis 2015 : son robot manipulateur est fait d’un quatuor de pinces caoutchouteuses et doigts bleus prêts à jaillir.

Il trouve ses principales applications dans des tâches industrielles répétitives – une prouesse, note TechCrunch, d’autres ayant échoué à ce stade malgré leur quart d’heure de gloire dans les night shows américains – en particulier dans l’emballage alimentaire, le robot pouvant attraper et emballer des choses aussi variées que du chocolat, des moules en plastique ou des pâtes à pizza crues. L’objectif, en fait, est paradoxalement de rapprocher la robotique de la dextérité humaine, étant entendu que les robots « traditionnels » peinent pour l’heure à réaliser certaines tâches jugées trop fines pour eux…

L’article de TechCrunch est à retrouver par ici.