10 / 03 / 2017
#The Next Web

L’intraçabilité des transactions en bitcoins, une époque révolue ?

share
C’est une première mondiale, déjà imitée par Europol et le FBI : la police danoise a récemment arrêté deux narcotrafiquants en utilisant un système permettant de tracer les transactions en bitcoins, la cryptomonnaie jusque-là réputée intraçable. Les explications de The Next Web.

Serait-ce dans la commune danoise de Herning que l’on aurait réussi à prouver que le cyberespace, même dans ses toiles les plus sombres, n’est pas un Far West ? En janvier 2017, les tribunaux locaux ont en tous les cas condamné un narcotrafiquant à une peine de huit ans de prison, sur la base de transactions en bitcoins qui ont pu être tracées et qui l’ont confondu. C’est la deuxième affaire de ce genre au Danemark, rapporte The Next Web, selon qui ces deux cas «changent le monde des criminels».

Le bitcoin, cryptomonnaie lancée en 2009, était jusqu’ici réputée intraçable : loin d’être uniquement les vastes repaires d’illégalité parfois dépeints, les espaces où l’on peut s’échanger des bitcoins représentaient néanmoins un lieu sûr pour des criminels bénéficiant de l’anonymat des transactions et de la possibilité de ne pas être pris la main dans le sac dans le monde physique.

La nouvelle technologie utilisée par le Danemark, déjà adoptée par le FBI et Europol, permet à la police de consulter l’historique de transaction en bitcoin d’un internaute. En utilisant la blockchain, la police peut désormais analyser les transactions en bitcoins utilisées pour l’achat de biens, et comparer ces informations avec des listings de vendeurs ou d’acheteurs de bitcoins, leur permettant d’identifier des personnes impliquées dans tel ou tel échange : une technologie qui pourrait modifier drastiquement les habitudes des narcotrafiquants…

L’article de The Next Web est à retrouver ici.