27 / 06 / 2017
#MIT Technology Review

Les géants du transport maritime investissent dans des cargos autonomes

  • Linkedin
Plus rapides, moins risqués, moins chers : les bateaux autonomes ont le vent en poupe ! Le nombre d’initiatives visant à bâtir une flotte de tels navires augmente, les géants du fret s’emparant de l’idée les uns après les autres. L’objectif pour la prochaine décennie ? Des millions de containers transportés de façon autonome, explique la MIT Technology Review.

Des bateaux autonomes et des robots sous-marins ont déjà pu être observés en Norvège, bientôt à Amsterdam, mais aussi sur les mers et océans du monde, récoltant des datas. C’est indéniable, la mobilité autonome de demain n’aura pas lieu que sur la terre, mais aussi sur la mer. Si les bateaux autonomes déjà opérationnels sont encore de taille réduite, les géants du fret comptent bien remédier à cela en construisant des flottes de cargos autonomes.

Un marché ambitieux, sur lequel de nombreux acteurs se positionnent : au Japon, un consortium de constructeurs de navires (comprenant Mitsui O.S.K, Ltd et NYK Line, deux des plus grands groupes de transport maritime nippons) et d’armateurs travaille de concert pour mettre au point une technologie qui permettrait aux navires de suivre leur route de manière autonome. Équipés d’une IA, ces navires analyseront toutes sortes de données, de la météo au trafic maritime, pour déterminer la route la plus adéquate, mais aussi la plus sûre. Le consortium espère pouvoir commencer la mise en chantier de cette flotte autonome d’ici 2025, moyennant plusieurs centaines de millions de dollars.

Toujours dans le transport de masse, BHP Biliton et Rio Tinto, deux des plus grandes entreprises minières au monde, sont également intéressées par des bateaux autonomes, en plus des bulldozers sans chauffeur et des foreuses autonomes que le groupe anglo-australien compte mettre en place cette année. Leur motivation première ? Des cargos autonomes transportant des tonnes de minerais de fer rendraient possible au marché une économie de près de 86 milliards de dollars chaque année.

L’article en entier ici.