23 / 05 / 2017
#Techcrunch

New York ouvre à son tour ses routes aux véhicules autonomes

  • Linkedin
Les constructeurs de voitures sans pilote vont pouvoir tester – sous conditions – leurs véhicules sur les routes de l’État de New York et en particulier dans les iconiques rues de la ville. Une nouvelle étape dans leur développement, mais aussi dans l’acceptation de leur présence par les populations, comme le relate TechCrunch.

Après les images de voitures autonomes dans le désert californien, celles, plus familières peut-être, de véhicules sans pilote dans les rues bondées de taxis jaunes de la ville de New York ? L’État de New York, qui abrite une vaste partie de l’aire urbaine de la Grosse Pomme, et s’avère être en conséquence le quatrième État le plus peuplé des États-Unis et son septième élément le plus dense, s’apprête en effet à accueillir des voitures autonomes sur son sol, rapporte TechCrunch. Les chauffeurs locaux, qui bataillaient pour une législation diamétralement inverse, sont prévenus.

L’État de New York ouvre ainsi une période d’essai qui s’étend, pour l’heure, jusqu’au 1er avril 2018, et qui permet aux entreprises intéressées de se porter candidates pour tester leurs voitures autonomes sur ses voies publiques. C’est le quatrième État américain à prendre une telle décision, après la pionnière Californie et le Nevada et l’Arizona, ses deux voisins de l’Ouest.

Hauts standards de sécurité, limitation à certaines zones (hors établissements scolaires, par exemple) police d’assurance à 5 millions de dollars et présence d’un conducteur assermenté accompagnent l’autorisation, qui doit permettre, d’après le département des véhicules motorisés de l’État, d’à la fois garantir la sûreté de ces véhicules et accompagner leur familiarisation par le grand public.

Patience, toutefois : «Alors que nous sommes tous familiers avec l’idée qu’il y a de forte chance que les voitures autonomes deviennent banales, la réalité est qu’il y a encore un long chemin devant nous avant d’arriver à cette étape», assure le même département. En attendant, la Californie, qui avait ouvert ses routes dès 2015, vient d’autoriser les tests sans présence humaine dans la voiture…

L’article de TechCrunch est à retrouver par ici.