22 / 05 / 2017
#Compte-Rendu

Paris Code saison 2 : objectif 2000 développeurs d’ici 2020

share
Jeudi 18 mai 2017, dans les salons de l’Hôtel de Ville de Paris, avait lieu le lancement de la deuxième saison de Paris Code, un dispositif pour développer la formation aux métiers du numérique et l’ouvrir aux Parisiens les plus fragiles. Une opération gagnant-gagnant pour des entreprises en mal de profils de développeurs et des candidats en recherche d’emplois.

La première saison de Paris Code, lancée en 2016, a été un succès, avec 1300 places de formations supplémentaires créées via un soutien à 14 structures telles que Simplon.co ou la Web@cadémie. L’objectif à terme : former 2.000 développeurs par an d’ici à 2020, en ciblant en priorité les jeunes décrocheurs, les femmes, les seniors et les habitants des quartiers populaires.

Pour y arriver, le second appel à projet – doté de 1 million d’euros et accompagné d’une « Charte Partenaires Paris Code » signée par cinq grandes entreprises du numérique, dont Microsoft – a été lancé le 18 mars 2017. Les partenariats noués avec ces grandes entreprises devraient renforcer le dispositif, en offrant des possibilités d’alternances, de journées de découvertes ou des places de stages pour les élèves des formations concernées.

 

Un programme au croisement des enjeux de transformation numérique pour la ville de Paris et ses entreprises

Pour Jean-Louis Missika, adjoint au maire chargé de l’urbanisme, de l’architecture, du projet du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, Paris Code est un programme à la croisée de 3 enjeux :

  • Un enjeu de transformation numérique pour les entreprises, et particulièrement les PME/TPE, qui ont besoin de codeurs, une profession en tension. Une situation qui va s’accentuer si Paris continue à renforcer son attractivité comme pôle d’innovation.
  • Un enjeu de solidarité et d’égalité, les emplois créés dans le numérique devant aussi profiter aux jeunes des quartiers populaires, aux femmes et aux seniors.
  • Un enjeu territorial, avec la naissance dans le Nord et l’Est parisien d’un arc de l’innovation, rassemblant une forte densité d’acteurs de la nouvelle économie dans les quartiers populaires, comme Simplon.co par exemple.

Et de remarquer qu’«il est spectaculaire de voir à quel point l’implantation d’une petite chose comme une école peut réussir à contribuer à la transformation d’un quartier entier».

Pour une véritable égalité des chances en ouvrant à tous les opportunités d’emplois dans le numérique

Au-delà de la formation, «il s’agit aussi de s’assurer que les personnes trouvent un emploi. La bataille de l’emploi se joue sur des actions très concrètes qui répondent aux spécificités de Paris», rappelle Pauline Véron, adjointe au maire chargée de la démocratie locale, de la participation citoyenne, de la vie associative, de la jeunesse, et de l’emploi.

En effet, corrobore Corinne Caillaud, Directrice des Affaires Publiques, Externes et Juridiques de Microsoft France, «le numérique est un facteur d’égalité des chances. Notre jeunesse doit pouvoir saisir cette opportunité. Une opportunité qui doit aussi bénéficier aux femmes, sous-représentées dans les filières scientifiques et dans le secteur du numérique».

Pour y remédier, des programmes comme Digigirlz ou la Web@cadémie Ambition Féminine ont été lancés dans le cadre de Paris Code, en associant Epitech, Zup de Co et Microsoft. Un exemple typique des formations innovantes favorisées par les programmes Paris Code.

Cette innovation pédagogique, que Pauline Véron appelle de ses vœux, a bien réussi aux trois étudiants de ces formations venus présenter leur parcours à l’audience, dont Delphine de la Web@cadémie Ambition Féminine, que nous avions rencontrée en février 2017.

Après les premiers exemples encourageants, rendez-vous est donc pris en 2018 pour un retour sur ces programmes et les changements qu’ils ont entraînés dans la vie des participant(e)s.