10 / 04 / 2018
#Projection

Rapport Villani : Microsoft rend sa copie en faveur d'une intelligence artificielle au service de l'humain

share
Lors de l’événement AI for Humanity, organisé à l’occasion de la remise du rapport du mathématicien et député LREM Cédric Villani sur l’intelligence artificielle, Microsoft a dévoilé un plan d’investissement. Le projet vise à promouvoir les aspects bénéfiques de cette technologie d’une part, et à former la population à en maîtriser les rouages d’autre part.

Jeudi 29 mars, le député et mathématicien Cédric Villani dévoilait le contenu de son rapport sur l’intelligence artificielle, commandé par le gouvernement en septembre dernier. Celui-ci souligne notamment l’importance de mettre l’accent sur la recherche et de favoriser le partage des données. Il affirme également que la France a un rôle à jouer dans la promotion d’une IA éthique et responsable. Pour l’occasion, un sommet autour de l’intelligence artificielle, baptisé « AI for Humanity », a été organisé au Collège de France. Le président Emmanuel Macron y a présenté la feuille de route du gouvernement pour soutenir la recherche et le développement autour de l’intelligence artificielle, reprenant les grandes lignes du rapport autour des données, de la recherche et de l’éthique.

A cette occasion, Microsoft France a également tenu une conférence de presse, lors de laquelle l’entreprise a dévoilé un plan d’investissement de 30 millions de dollars sur trois ans pour participer au développement de l’IA dans l’Hexagone, avec une optique humaniste. Carlo Purassanta, président de Microsoft France, en est convaincu : le pays dispose des capacités pour devenir l’un des leaders mondiaux de l’IA. Le niveau des mathématiciens et de la recherche française font, selon lui, partie de ses meilleurs atouts. Le plan de Microsoft s’accompagne de deux mesures phares. Le lancement d’un collectif de réflexion et d’action autour de l’IA, d’une part, et la mise en place d’un programme pour former les individus aux métiers de l’IA d’autre part.

Pour une IA éthique

Baptisé Impact IA, le collectif a pour ambition de promouvoir la mise en place d’une intelligence artificielle au service de l’humain. On sait combien cette technologie inquiète autant qu’elle fascine, et que, comme le souligne le rapport Villani, elle offre à la fois de formidables opportunités et de sérieux défis à relever. Réfléchir pour travailler “dans le sens d’un développement de technologies de l’intelligence artificielle dans le respect et l’intérêt de l’Humain » pour reprendre l’expression de Carlo Purassanta est donc primordial.

Selon Laurence Lafont, directrice de la division marketing et opérations chez Microsoft France, le collectif vise notamment à élaborer une réflexion et à mettre en place des actions autour de la transparence et de la neutralité des algorithmes. « L’idée est vraiment de poser les bonnes questions, de savoir comment on explique l’intelligence artificielle et les algorithmes, car il y a un fort enjeu de transparence autour de ce sujet. Il s’agit aussi de déterminer comment l’intelligence artificielle va nous permettre d’atteindre une certaine neutralité, de faire avancer des sujets de société. »

Une initiative bienvenue quand on regarde l’actualité américaine : aux États-Unis, l’usage d’algorithmes d’aide à la prise de décision par la police ou la justice a conduit à plusieurs scandales, lorsque des journalistes et penseurs ont accusé ces derniers de refléter des biais discriminatoires. Pour parer à cet écueil, la ville de New York a voté en décembre dernier la mise en place d’une équipe chargée d’auditer les algorithmes employés par les pouvoirs publics.

Le groupe, épaulé par un réseau d’entreprises du numérique, de startups, d’établissements de formation et d’écoles, construira à la fois des réflexions et des projets concrets. « L’objectif est de produire, au travers de groupes de travail et de conférences, un rapport annuel qui fédérera l’ensemble des idées, des points de vue et des apprentissages de ce collectif. Nous souhaitons également publier un baromètre sur la perception des Français par rapport à l’intelligence artificielle, car il y a beaucoup d’appréhensions sur ce sujet et nous souhaitons mesurer l’évolution de cette perception. Enfin, nous allons soutenir des projets concrets dans le domaine de l’impact sociétal, des transports ou encore de la santé », a détaillé Laurence Lafont.

Permettre aux décrocheurs scolaires de trouver un emploi dans l’IA

Le programme de formation, baptisé Compétences IA, vise quant à lui à donner aux travailleurs la capacité d’accéder aux métiers de l’IA. L’objectif est de sensibiliser et former 400 000 personnes, tous profils confondus, et de créer 3 000 nouveaux emplois au sein de l’écosystème numérique français, le tout sur un horizon de trois ans. L’annonce de ce programme suit de quelques semaines l’ouverture de l’école IA Microsoft sur son campus d’Issy-les-Moulineaux, en partenariat avec Simplon, entreprise de l’économie sociale et solidaire qui aide les demandeurs d’emploi à se former au métier de développeur Data IA. Le programme Compétences IA poursuit cette logique en ciblant les décrocheurs scolaires et individus en reconversion professionnelle. Mais il s’adresse aussi aux développeurs souhaitant acquérir de nouvelles compétences autour de l’intelligence artificielle, en particulier ceux qui travaillent en indépendants.

Dans cette optique, Microsoft entend créer un portail en ligne permettant d’accéder à des contenus pour se former, mais également travailler avec écoles et universités pour faire évoluer les parcours et formations. « Aujourd’hui, il y a déjà des parcours qui existent sur l’IA, mais ceux-ci vont nécessiter une adaptation et une évolution constante. L’objectif : apprendre et créer des contenus adaptés, puis les mettre à disposition des personnes qui souhaitent être formées en formation continue, ainsi que des étudiants en formation digitale. Notre ambition est de nous adresser à 100 000 étudiants sur les trois prochaines années et d’en certifier 20 000 pour former des ingénieurs et data scientists spécialisés dans l’IA. On est aussi persuadés qu’il faut se soucier des personnes qui travaillent dans le domaine de la communication et du marketing, car l’IA touche tous les domaines d’activités », a développé Carlo Purassanta.

Microsoft compte également travailler en collaboration avec LinkedIn pour dresser une cartographie des compétences les plus demandées et les plus représentées en France autour de l’IA et ce, à partir des données du réseau social professionnel. Cette cartographie permettra d’évaluer les besoins du marché ainsi que l’écart entre l’offre et la demande. Former des individus adaptés à un monde du travail marqué par l’ubiquité de l’intelligence artificielle est encore le meilleur moyen de s’assurer que celle-ci bénéficie au plus grand nombre.