03 / 03 / 2017
#Slate

Et si la réalité virtuelle pouvait enseigner l’empathie ?

share
De nombreux professeurs américains s’enthousiasment pour les usages pédagogiques pouvant être tirés de la réalité virtuelle. Les lunettes de réalité virtuelle seraient en particulier utiles pour enseigner l’empathie et la confiance en soi. Enquête avec Slate.

Slate relate l’histoire de ces collégiens de la petite ville de Westchester County, dans l’État de New York, qui se sont retrouvés, en novembre 2015, au beau milieu du Soudan du Sud. Dans un champ battu par le vent, se mêlant à une foule de réfugiés fuyant la guerre civile, ils entendent soudainement le rugissement assourdissant d’avions militaires volant à basse altitude, suivi par le martèlement de gros sacs de céréales tombant sur le sol tout autour d’eux. Leur professeur se souvient encore des sursauts des collégiens… qui vivaient pourtant cette expérience depuis leurs lunettes de réalité virtuelle.

De telles expériences immersives existent en nombre et sont accessibles à bas coût pour les écoles, mais les études sur les effets pédagogiques qu’elles pourraient produire sont encore rares. Celles qui existent mettent toutefois en avant la capacité des expériences de réalité virtuelle à toucher émotionnellement ceux qui les vivent, à leur faire ressentir un fort sentiment d’empathie et à doper leur confiance en soi – ou plus exactement, le sentiment d’auto-efficacité ». Un projet mené à l’Université de Stanford depuis 2015 conclut par exemple qu’être exposé virtuellement à des personnes d’une autre origine ethnique que la sienne réduit les biais raciaux subconscients.

Reste une question : l’empathie, qui ne fait pas partie des apprentissages fondamentaux à l’école, est-elle à enseigner ? «Mes étudiants passent leur vie sur leur téléphone. Ils « likent » la « story » d’un copain puis passent à autre chose. Tout est dans le temporaire et le distant. En fait, tant de technologies utilisées par nos enfants suppriment l’empathie », répond un professeur américain interrogé par Slate, qui estime que c’est cet aspect temporaire et distant que vient briser la réalité virtuelle. Une technologie qui n’est pas pour autant magique, mais qui semble être déjà adoptée dans de nombreuses situations d’apprentissage spécifique.

D’autres exemples des potentialités de la réalité virtuelle pour enseigner l’empathie, à lire ici.