15 / 11 / 2016
#BBC News

La réalité virtuelle au service de l'Histoire

  • Linkedin
Grâce à la réalité virtuelle, les initiatives pédagogiques pour se rappeler voire « revivre » des événements historiques se multiplient, de la Grande-Bretagne au Japon. Explications avec The Telegraph et BBC.

Redécouvrir à distance soixante ans après les lieux d’une bataille ou observer comme si on y était les ravages d’une explosion atomique: cela est désormais possible grâce à la réalité virtuelle.

Comme le rapporte The Telegraph, Frank Mouque, un vétéran britannique de la Seconde guerre mondiale, est retourné dans la ville française d’Armentières qu’il avait aidé à libérer de l’occupation nazie.

A 91 ans, l’ancien soldat n’a même eu besoin de faire le voyage de Chelsea : il a simplement mis un casque de réalité virtuelle pour revoir les lieux, écouter les témoignages d’habitants le remerciant ainsi que celui du maire, qui l’a également honoré de la Légion d’honneur.

«C’est ingénieux, c’est comme si vous étiez vraiment là, debout devant eux. Au nom de tous les gens ayant servi avec moi, merci.»

Même technologie mais changement de pays et de contexte. Au Japon, des écoliers utilisent la réalité virtuelle pour découvrir les destructions causées par la chute d’une bombe atomique sur Nagasaki le 9 août 1945, pendant la Seconde guerre mondiale, rapporte BBC News. En se basant sur des photos d’archives, l’université de Nagasaki a ainsi développé un modèle informatique en 3D de la ville dévastée.

« En parcourant la zone et en la comparant avec celle recréée grâce à la réalité virtuelle, on peut mieux comprendre les dommages », explique le professeur Takashi Fujiki, spécialiste en ingénierie pédagogique.

Concrètement, les visiteurs commencent par circuler dans la ville actuelle dans un rayon de 500 mètres autour de l’impact historique. Leur itinéraire est enregistré via un GPS. Ce voyage est ensuite recréé en réalité virtuelle pour que les personnes puissent voir à quoi ressemblait la ville après le bombardement, bruit de pas au sein des décombres et du vent soufflant entre les ruines compris.

Pour en savoir plus, c’est par ici et par .