24 / 04 / 2017
#MIT Technology Review

Modéliser l’expression de notre visage pour une réalité virtuelle plus réaliste

share
Hausser les sourcils au cours d’une expédition dans un monde virtuel, et voir son avatar, lui aussi, lever les sourcils : cela peut paraître anodin, mais cela pourrait rendre nos expériences de réalité virtuelle plus accueillantes et plus réalistes. La MIT Technology Review a testé le dispositif, développé par une start-up suisse.

Le « Mask ». Ce n’est pas (que) le nom d’un objet magique pouvant transformer notre médiocre vie en une trépidante existence de super-héros. C’est surtout, désormais, celui du dispositif qui vise à transformer nos expériences dans des mondes virtuels en des moments réalistes, où nous pouvons exprimer, aussi bien que dans le monde réel, nos émotions.

Le Mask, dispositif conçu par la start-up suisse MindMaze et présenté par la MIT Technology Review, se compose d’un casque de réalité virtuelle, auquel s’ajoutent des électrodes capables d’enregistrer les signaux électriques associés aux mouvements de nos muscles faciaux. Ces électrodes sont raccordées à un ordinateur qui analyse ces signaux, et peut dès lors reproduire ces expressions faciales sur l’avatar virtuel ou augmenté de l’utilisateur. Un micro complète le dispositif, permettant d’imiter les mouvements de la bouche en situation de dialogue.

L’objectif poursuivi ? Une expérience plus proche du réel, où les grimaces, petits sourires narquois, clins d’œil et froncements de sourcils sont autant d’éléments d’information dans un environnement virtuel, mais aussi plus interactive : dans les mondes virtuels, il est plus facile de communiquer avec les autres à l’aide de nos propres émotions, simplement reproduites.

L’enjeu, in fine, est de créer une atmosphère plus naturelle et moins isolante pour encourager davantage de personnes à tester la réalité virtuelle. Le dispositif, disponible courant 2017, est pour l’heure encore expérimental, mais pourrait s’appliquer au-delà du seul jeu vidéo, la start-up étant aussi spécialisée dans la rééducation de victimes d’arrêts cardiaques.

Pour en savoir davantage sur ce dispositif, c’est par ici.