06 / 02 / 2017
#New York Times

Rendre les robots « great again » pour sauver l'Amérique industrielle

  • Linkedin
Les investissements américains dans la robotique sont insuffisants pour rivaliser avec les robots étrangers, notamment chinois. Plusieurs experts alertent sur cette absence de stratégie qui représenterait pourtant le meilleur moyen de rendre l’Amérique industrielle « great again ». L’analyse du New York Times.

L’industrie manufacturée américaine produit 85% de biens en plus qu’en 1987. Un fait occulté dans la narration autour du déclin industriel américain par le fait que cette performance a été réalisée avec un tiers de salariés en moins. Conclusion du New York Times ? Pour rendre l’Amérique «great again», slogan reaganien réactualisé par le nouveau président Donald Trump, il faudrait surtout réinvestir dans la robotique.

Ce n’est pas le moindre des paradoxes : les principaux responsables de la relative bonne forme du made in USA sont… des robots «made in China». En effet, si la Chine est déjà le premier marché mondial pour la robotique industrielle, elle pourrait devenir d’ici dix ans le premier producteur mondial de robots.

Alors qu’il s’agirait de la priorité numéro 1 d’une politique industrielle porteuse d’emplois locaux, les investissements américains dans la robotique, appelés de leurs vœux par plusieurs experts économiques, sont, en comparaison avec la Chine, faméliques. Le problème : l’automatisation est un choix politique impensable pour une présidence populiste dont le discours de relocalisation concerne des emplois biens réels et non des robots, analyse le Times.

La politique industrielle chinoise est pourtant instructive, poursuit le Times : la Chine, craignant de perdre des emplois au bénéfice de l’Inde, du Vietnam et d’autres pays asiatiques, a soutenu son industrie manufacturée à coups de plans quinquennaux et de financements autour, notamment, de l’idée d’automation, en particulier pour l’industrie automobile. C’était, dans les termes du président chinois, Xi Jinping, en 2014, une «révolution robot», devant permettre à la Chine de rattraper l’Allemagne et le Japon. La Chine, bientôt un modèle pour des États-Unis qui avaient pourtant inventé la majeure partie des techniques robotiques ?

L’article du New York Times est à lire ici.