02 / 06 / 2017
#Réalité Virtuelle

Opération, suivi des soins, hospitalisation : comment la réalité virtuelle transforme le secteur de la santé

  • Linkedin
La réalité virtuelle possède de nombreux usages dans le secteur de la santé, que ce soit pour aider les médecins dans le traitement de pathologies, préparer une intervention ou faciliter l'hospitalisation de patients. Gros plan sur les principales innovations rendues possibles grâce à cette technologie.

Accoucher dans un environnement virtuel dédié

Aux Etats-Unis, une femme a accouché pour la première fois grâce… à un casque de réalité virtuelle – fourni par son gynécologue – et un environnement virtuel dédié, imaginé par l’entreprise AppliedVR. Le tout sans douleur, rapporte le Guardian. Pour le corps médical, le cerveau réussit à « oublier » pour partie la souffrance en se concentrant sur autre chose, le plus souvent inhabituel voire extraordinaire. Ce que permet la réalité virtuelle.

Le médecin utilise également le casque de réalité virtuelle pour aider à calmer ses patients avant et pendant des procédures mineures comme les biopsies du col.

Un partenariat a été passé entre le Cedars-Sinao Medical Center à Los Angeles et l’entreprise pour des essais autour de l’utilisation de la réalité virtuelle pour gérer la douleur aigüe.

Préparer des opérations chirurgicales

A Tokyo, l’ordinateur holographique autonome HoloLens a permis au chirurgien Maki Sugimoto et à son équipe de réaliser au mois de décembre 2016 une première mondiale.

Il a préparé l’opération chirurgicale robotisée de la prostate d’un patient atteint d’un cancer grâce à la réalité mixte. L’idée ? Visualiser des modèles anatomiques en 3D de la prostate et de la tumeur pour faciliter les différentes étapes de l’intervention chirurgicale.

Faciliter l’hospitalisation

Pour lever les angoisses des enfants avant une procédure médicale stressante ou une longue hospitalisation, l’hôpital pour enfants de Starship en Nouvelle-Zélande teste la visualisation virtuelle à travers des essais cliniques.

C’est la société néozélandaise Staples VR qui a mis au point avec des développeurs de jeux vidéo, des réalisateurs et une équipe médicale ces cinq expériences immergeant les jeunes patients dans l’univers hospitalier via la réalité virtuelle.

Au programme : visite de la salle d’opération, découverte des technologies d’imagerie médicale, écoute des sons des appareils ou encore rencontre avec les équipes médicales grâce à un robot-guide, rapporte le journal localAuckland Now. L’objectif ? Evaluer le comportement de l’enfant et sa capacité à suivre des instructions pour déterminer la nécessité d’une sédation ou d’une anesthésie générale le jour J.

Soigner les seniors atteints de démence

Dans la baie de San Francisco, les casques de réalité virtuelle sont utilisés pour soigner les seniors atteintes de démence. Cette idée de thérapie vient du médecin Sonya Kim, rapporte le Washington Post.

Son programme Aloha VR permet aux personnes âgées de se rendre dans un environnement tropical virtuel. Après quelques séances de réalité virtuelle, le comportement de ces individus au discernement altéré ou isolés du monde à cause de leur démence changent. La raison ? La réalité virtuelle stimulerait les voies neuronales, selon Sonya Kim.

Des soins palliatifs immersifs

Comment améliorer la prise en charge médicale des personnes en fin de vie au sein des hôpitaux avec un budget limité ? Grâce à la réalité virtuelle, comme le montre la structure de soins palliatifs Loros œuvrant à Leicester, Leicestershire et Rutland au Royaume-Uni, explique ZDNet. Elle propose aux patients en phase terminale, atteints de maladie neurodégénérative ou ne pouvant plus se déplacer, de s’évader par la pensée à travers ce dispositif facile d’accès pour des unités médicales au budget restreint.

Aider les patients atteints par les maladies d’Alzheimer ou de Parkinson

Lancé en 2016, le système de réalité virtuelle « CAVE » (pour Cave Automatic Virtual Environment) de l’Istituto Auxologico Italiano de Milan propose aux personnes atteintes de troubles neurologiques à la suite d’une attaque en raison des maladies d’Alzheimer ou de Parkinson de réapprendre les gestes du quotidien, selon ZDNet.

Lunettes 3D sur le nez et manettes en main, les patients s’entraînent dans une petite pièce équipée de détecteurs de mouvement et de caméras infrarouges grâce à une quinzaine d’expériences immersives à faire des courses, marcher dans un parc ou encore acheter un journal.