12 / 06 / 2017
#Wired

Cette start-up britannique veut « construire la Matrice »

  • Linkedin
Les fondateurs de la start-up Improbable connaissent leurs classiques. En revendiquant une filiation avec la simulation de mondes numériques ayant perçé dans l’imaginaire grand public avec le film Matrix, cette licorne cherche à créer, dans le cloud, des mondes virtuels pour améliorer la manière dont nous prenons des décisions dans le monde réel. Portrait, avec Wired.

«Tu la vois chaque fois que tu regardes par la fenêtre, ou lorsque tu allumes la télévision. Tu ressens sa présence, quand tu pars au travail, quand tu vas à l’église, ou quand tu paies tes factures. Elle est le monde, qu’on superpose à ton regard pour t’empêcher de voir la vérité.»

Elle, c’est la Matrice, bien sûr, ici dans la bouche de Morpheus, héros des Wachowski né juste avant l’an 2000 notamment par la lecture du livre Simulacres et simulation du sociologue et philosophe Jean Baudrillard. Mais de simulacres et de simulation numérique, il en est peut-être plus que jamais d’actualité, comme le rapporte Wired, qui évoque le «plan follement ambitieux» d’Improbable, la toute dernière «licorne» britannique : construire des mondes virtuels.

Alors que l’idée que nous vivons dans une simulation a depuis longtemps ses adeptes dans la Silicon Valley, notre récente aisance à produire des environnements en réalité virtuelle semble faire accroître la probabilité que nous ne vivions que dans une réalité conçue par nos propres descendants, dans un lointain futur. Le projet d’Herman Narula, fondateur d’Improbable, ne va pas contribuer à réduire la porosité des frontières entre le réel et le virtuel : sa plateforme, SpatialOS, à l’image d’un Minecraft où des milliers de joueurs se retrouveraient dans le même espace, permet à chacun de créer, dans le cloud, un grand nombre de simulations de mondes virtuels.

«On veut construire la Matrice», résume Narula, qui souhaite qu’à terme, ces mondes virtuels influent sur la manière dont nous prenions les décisions. Alors que les algorithmes et les données nous enfermeraient dans des situations déjà vécues, ou que l’on peut aisément anticiper, il s’agit ici, grâce à la simulation, de créer des nouveaux cas et donc d’améliorer la manière de prendre des décisions et d’agir, en temps réel, face à un nouvel événement ou dans une nouvelle situation, jusque-là inconnus.

En simulant virtuellement (et à moindre coût) une situation aussi complexe qu’un accident en heure de pointe au plein cœur d’une mégalopole et de déterminer comment chaque agent pourrait y intervenir, Improbable veut créer un gigantesque jeu de rôle en ligne, sur des serveurs parallèles où chacun pourra, en petite équipe, intervenir dans un sous-monde virtuel donné. L’infrastructure d’une ville telle que Cambridge, son trafic routier, son réseau de transport public, ses équipements, son réseau Internet, mobile, d’électricité, et bien sûr ses 130 000 habitants virtuels ont par exemple déjà été simulés…

Pour lire le long format de Wired, c’est par ici.