27 / 03 / 2017
#Microsoft Next

Un langage de programmation « physique » pour que les enfants malvoyants puissent apprendre à coder

share
L’apprentissage du code informatique s’ouvre à de nouveaux publics : une équipe de chercheurs britanniques de Microsoft travaille sur un concept permettant aux enfants malvoyants de découvrir une discipline qui jusque-là leur échappait. Présentation.

Des petits modules de plastique colorés, représentant des sons, des petits bruits incongrus ou même de la poésie, et qui s’assemblent entre eux pour former des chansons : voilà à quoi ressemble le Projet Torino, le langage de programmation « physique » sur lequel travaille depuis 2016 une équipe du laboratoire de recherche Microsoft de Cambridge. Ce dernier s’apprête à étendre l’expérimentation auprès d’une centaine d’écoliers, en collaboration avec la Royal National Institute of Blind People, la principale organisation caritative dédiée aux personnes atteintes de déficiences visuelles au Royaume-Uni.

Ces petits jouets utilisables par des enfants de 7 à 11 ans apparaissent en effet, selon Steve Tyler, Chef de la stratégie et de la planification des solutions de l’institution, comme la façon «d’apporter la possibilité d’enseigner ce type de concept aux enfants» atteints de déficiences visuelles. De manière évolutive, ces modules permettent également, une fois que l’enfant a maîtrisé la programmation « physique », de traduire ses acquis en lignes de codes informatiques, via une application dédiée.

Une manière d’accompagner l’enfant dans son apprentissage et, à terme, de cibler d’autres publics – des écoliers autistes, ou atteints de dyslexie – pour que chacun puisse avoir la possibilité de poursuivre une carrière dans le secteur numérique. En permettant à n’importe quel enfant de créer du code informatique en construisant ce que l’on appelle des « concepts de programmations », l’objectif est d’inclure de nouveaux publics sur le marché du travail technologique, alors que les grandes entreprises du secteur peinent parfois à trouver les compétences qu’elles cherchent.

Alors que seul un quart des adultes britanniques aveugles ou malvoyants ont un emploi salarié, cette initiative vise à permettre aux jeunes atteints de déficiences visuelles de se lancer dans des carrières technologiques, de l’ingénierie logicielle à la recherche en informatique. Bientôt associée à d’autres technologies d’assistance, c’est un pas de plus vers l’accessibilité pour tous, qui répond à un manque de ressources quant à l’enseignement aux malvoyants des concepts mathématiques : les échecs, jusqu’ici utilisés pour l’apprentissage de logiques de raisonnement, semblaient en effet quelque peu insuffisants pour enseigner les bases de la programmation.

Pour plus d’informations, c’est sur le blog de Microsoft, par ici.