13 / 06 / 2017
#Mashable

Utiliser les signaux Wi-Fi pour créer des hologrammes 3D d’objets masqués

  • Linkedin
Qui n’a jamais rêvé de voir à travers les murs ? Grâce à ces hologrammes 3D d’objets situés derrière un mur ou d’humains piégés sous des décombres, cela pourrait devenir réalité. Le dispositif, encore expérimental, est en tout cas une première, comme l’explique Mashable.

On n’a pas fini d’exploiter le Wi-Fi. Les ondes électromagnétiques propulsées depuis un routeur et qui rendent possible la connexion de nos appareils à Internet sont en effet des signaux capables de voyager à travers l’espace, dans les recoins et, on le sait, à travers les murs. Or, si créer des images grâce aux signaux Wi-Fi n’est pas un nouveau concept, rappelle Mashable, modéliser des objets en recréant leurs hologrammes en 3D, est bel et bien une première.

D’après le travail de recherche mené par une jeune équipe allemande et publiée dans la Physical Review of Letters, ces hologrammes peuvent être créés pour identifier des objets masqués, derrière un mur par exemple, tant qu’ils ont plus de quatre centimètres de diamètre, et qu’on ne cherche pas trop à en connaître les détails.

Concrètement : on pourrait détecter la présence d’une petite forme cylindrique sur une table, mais pas savoir que c’est une tasse à café, et différencier la silhouette d’un homme ou d’un chien. Pour y parvenir, deux scanners permettent de cartographier un plan en 2D de l’espace en question et d’enregistrer le parcours des signaux, recueillis par une antenne. Un algorithme de reconstruction n’a plus qu’à créer la vue en 3D de l’objet, et une donc une carte en hologramme de l’ensemble de l’espace.

Le dispositif, potentiellement utilisable à des fins de surveillance, comme l’ont fait remarquer ses détracteurs, a pourtant été conçu dans un objectif bien plus noble : retrouver des personnes piégées dans un immeuble après un éboulement ou, pour l’industrie, tracker le long d’une chaîne de production outils, équipements ou produits.

On peut retrouver l’article de Mashable en allant par ici.