16 / 05 / 2018
#Rencontre

Brad Anderson : « La clé de la sécurité est dans le pouvoir du cloud »

share
Lors de la conférence RSA qui s’est tenue du 16 au 20 avril dernier, Microsoft s’est fendu de quelques annonces autour de solutions qui sécurisent le cloud et protègent les travailleurs mobiles. Son CVP, Entreprise Mobility & Security, Brad Anderson était présent à Paris, cette semaine. L’occasion pour RSLN de lui poser quelques questions autour de la force du cloud, de l’apport de l’IA et les défis à relever face à l’émergence de la « gig economy ».

Quelle est votre vision d’un espace de travail moderne ?

A mon sens, il s’agit d’abord de livrer aux utilisateurs un environnement qui leur permettent de travailler dans les meilleures conditions possibles sur n’importe quel support, n’importe quel appareil. Et c’est ce qu’on essaie de faire avec Microsoft 365. La gageure à relever est d’offrir cette qualité d’expérience tout en la protégeant : offrir une solution à l’expérience riche mais surtout, sécurisée. C’est réussir la dure combinaison de plaire aux utilisateurs, mais aussi aux équipes IT.

 

Justement, quelle est la place du DSI face à celle du DRH ?

L’espace de travail moderne doit être à l’épicentre de la culture d’entreprise. Le DSI est sûrement l’un des managers les plus influents d’une entreprise. Il doit être visionnaire mais aussi capable de travailler dans l’urgence. Il est moteur des grands changements de l’entreprise. C’est lui qui donne les grandes lignes et qui infuse par ses solutions l’esprit d’un espace de travail moderne. Et c’est crucial, la jeune génération active a d’énormes attentes en matière d’expérience au travail.

 

Aux Etats-Unis, d’ici 2021, 9,2 millions d’Américains devraient travailler dans ce qu’on appelle la « gig economy » (économie du travail à la mission) contre 3,8 millions déjà en 2017 (étude d’Intuit & Emergent Research). En France, plus de la moitié seraient intéressés par le travail indépendant. Et 1 salarié sur 3 travaillerait déjà de chez lui ou partage son temps entre bureau et domicile. Quels sont les nouvelles opportunités et nouveaux défis liés à cette « gig economy »?

La gig economy (économie du travail à la mission) permet aux entreprises d’embaucher les meilleures personnes pour des tâches spécifiques sur une période courte. C’est ce que nous faisons dans mon équipe et ça rend service à tout le monde.

Certains changent souvent – parfois au cours de la journée même – d’entreprises et de clients. Il faut leur permettre en fonction de leurs besoins de leur donner accès aux bonnes informations, et ce, sur leurs appareils personnels. A la fois, les entreprises veulent aussi être sûres que leurs données soient effacées après la mission. Tout particulièrement, dans la gig economy, la gestion de la sécurité est une priorité.

Ça nous apprend aussi à penser en équipes multiples et par projets : une personne peut être amenée à travailler simultanément sur des projets et donc, avec des équipes différentes. Les outils qu’on propose chez Microsoft favorisent cela. On peut être créatif, travailler en équipe, mais aussi dans la sécurité. L’espace de travail moderne doit faciliter la vie des gens, protéger leurs données et la réussite de cette combinaison est d’autant plus critique au sein de la gig economy.

Mais comment combiner une expérience utilisateur la plus fluide possible et le besoin fort de sécurité ?

Ça passe par l’identification et ça concerne tout utilisateur qu’il soit employé, freelance, entrepreneur. Si la personne est en entreprise pendant deux semaines, on est en mesure facilement de lui donner accès à toutes les données nécessaires sur tout type d’appareil, même perso, à partir de son identification. A son départ, les données strictement professionnelles peuvent être désactivées, tout en préservant tout du long les données personnelles de l’utilisateur. Et tout ça, c’est grâce à la puissance du cloud, augmentée par l’intelligence artificielle. On est en mesure ainsi d’offrir l’expérience la plus fluide possible. L’intelligence artificielle nous permet aussi d’identifier tout ce qui est suspect.

 

Revenons sur la question de la sécurité : quelle est sa place dans un monde où l’IA prend de l’ampleur ?

Importante ! Les attaques d’aujourd’hui sont tellement sophistiquées. Elles sont conçues pour se répandre en l’espace de quelques minutes. Auparavant, les entreprises avaient jusqu’à 100 jours pour découvrir une brèche, avant qu’elle ne devienne problématique. Aujourd’hui, il faut les identifier et prendre des décisions très rapidement. La clé de la sécurité est dans le pouvoir du cloud. Le seul moyen que l’IT a de protéger les organisations et entreprises, étant donné la complexité et la sophistication des attaques, est un cloud intelligent renforcé par l’IA. Un exemple : mettons qu’un mot de passe est hameçonné. On détectera que le pirate se connecte dans un lieu ou à une heure bizarre et on bloquera l’accès aux données jusqu’à ce que l’utilisateur fournisse une donnée d’identification juste – par exemple, une empreinte digitale. Ce qu’on rêvait de faire, il y a 5 ans, est désormais possible grâce à la force du cloud.