31 / 03 / 2014

Un mobile qui partage vos joies et vos peines

  • Linkedin

Après la Kinect et les lunettes, c’est au tour du mobile de lire nos expressions mieux que personne. Opportunité ou menace ? Un article de Quartz posait la question le 28 mars dernier.

Sauriez-vous affirmer avec certitude qu’une douleur est réelle ou feinte ? Beaucoup moins bien qu’une machine, désormais, selon la science. Une étude parue dans le Current Biology Journal de vendredi dernier démontre que nous autres, humains, n’avons que 50% de chances de réussir à démêler le vrai du faux dans la reconnaissance d’expressions faciales, là où la machine, elle, y parvient avec 85% de réussite.

« Pour la première fois, une machine se montre meilleure que l’homme dans un processus perceptif » a affirmé Marian Barlett, l’un de ses auteurs, à Wired.

Et ce succès historique donne des idées aux scientifiques qui l’ont révélé : Barlett participe ainsi au développement de l’application Emotient, capable de détecter les micro-expressions qui nous trahissent grâce aux caméras intégrées aux mobiles. L’application, d’abord destinée aux marketers, devrait à terme aider certains types d’autistes dans le cadre d’interactions sociales.

Aujourd’hui, tout le défi reste de réussir à sortir ces technologies des laboratoires : dans des conditions réelles – c’est-à-dire avec des vidéos au cadrage hasardeux et à la luminosité approximative, avec des usagers conscients d’être filmés, resteront-elles fiables ? 

Pour lire l’intégralité de l’article de Quartz, c’est ici. Ci-dessous, la démonstration de l’application.